Focus sur les halles

Le cœur battant de la gastronomie régionale

Les halles de Narbonne ont l’âme bien vivante !

Plus qu'un simple marché, les halles de Narbonne représentent l'un des centres névralgiques de la cité. Créé en 1901, ce marché couvert est, aujourd'hui encore, plus vivant que jamais. Son immense structure métallique abrite près de 70 commerces de bouches : charcutiers, bouchers, pâtissiers, bars, maraîcher, restaurants dont le désormais célèbre « Chez Bébelle »...
Unique en son genre, ce lieu de rencontre fait totalement partie du patrimoine local. Dans les allées, au beau milieu des multiples étals, on raconte que les halles ont une âme. Un esprit chaleureux. Et 2 800 m2 d'odeurs alléchantes, d'épices, d'olives, de légumes frais, de saucisson, voire même, aux heures adéquates... de pastis. 
Car les Narbonnais se rendent aux halles pour faire leurs courses, bien entendu, mais aussi pour flâner et se retrouver entre amis. Un endroit plein de charme, ouvert 365 jours par an, et dans lequel on aime prendre son temps...
• Tous les jours de 7 h à 13 h. Les halles, 1 bd du Docteur-Ferroul à Narbonne. www.narbonne.halles.fr

Les halles de Sète, qualité et convivialité

Dans les halles de l’île singulière, on vient pour l’ambiance, la qualité des produits et la beauté des lieux. L’ancien bâtiment datant des années 70 a laissé la place en 2014 à un magnifique édifice signé par l’architecte François Fontès.
Le boucher est bio, le stand de fruits et légumes est aussi soigné que ceux qu’on trouve à Barcelone et les poissonniers proposent du thon et des sardines ramenés par les pêcheurs locaux. Certains viennent de Montpellier et même de Marseille, pour y acheter leurs poissons frais chez l’un des cinq poissonniers de la place ou des huîtres et des moules de l’étang de Thau ! Alors tant qu’à y être, autant faire le tour des 75 étals : fruits et légumes, épiceries fines, les incontournables tielles de Cianni, le fromager, les vendeurs de pâtes et de produits italiens, qui rappellent que Sète a connu de grandes migrations transalpines, etc. Mais l’ambiance se fait aussi aux bistrots où les Sétois viennent boire le café, lire le journal et prendre l’apéro. Et aussi déjeuner, car les stands dédiés proposent une vraie cuisine conviviale et typique.
• Tous les jours de 6 h à 13 h. Les halles, boulevard Gambetta à Sète. www.halles-sete.com

Ambiance unique aux halles 1900 de Lunel

Est-ce le cachet de l’architecture des halles couvertes, toutes de fer, de verre et de brique, au style 1900 dans la veine de celles de Baltard à Paris ? Est-ce l’ambiance paisible qui émane des ruelles de la vielle ville ? Ou encore la bonhomie des habitants qui portent le joli nom de “pescalunes” (pêcheur de lune en occitan) ? Réputé, le marché de Lunel est unique en région, non pas par ses dimensions, mais par son esprit bon enfant, son caractère villageois sur lequel le temps semble ne pas avoir eu d’emprise, par la qualité de ses produits aussi. Ce magnifique bâtiment aux briques rouge et à la structure métallique bleue, arborant au-dessus de sa porte les armoiries de la ville, est un des derniers du genre. Son espace clos établit une proximité entre marchand et chaland, suscitant l’envie d’échanger quelques mots avec les producteurs de vins, de miel, d’huile d’olives... Sur les étals colorés et odorants s’amoncellent des pyramides de fruits et légumes, s’exposent une diversité de fromages, viandes et charcuterie, anchois et autres produits de la mer. On se presse autour de la buvette, pour savourer, dans un sympathique brouhaha, un petit noir le matin et, à l’heure de l’apéritif, un muscat de Lunel bien sûr !
• Du mardi au dimanche, de 7 h 30 à 13 h. Les Halles. Cours Gabriel-Péri à Lunel.

Les halles de Nîmes, une agora méridionale

En 130 années d’existence, les halles de Nîmes ont toujours maintenu les traditions et cette posture typiquement méridionale. Les bons mots fusent, les recettes s’échangent, les plaisanteries s’enchaînent, tout cela dans la bonne humeur générale. Réaménagées au début des années 80, les halles manquent de lumière, mais s’éclairent le week-end de ce monde, dense, qui vient faire son marché parmi les 75 étals où l’on croise des fabricants du petit pâté nîmois, des primeurs, des fromagers, des poissonniers, des étals d’olives et d’huile d’olive, etc. Autant d’arômes, de senteurs qui font de ce lieu une vraie ruche des métiers de bouche. Ces halles colorées, bruyantes, séduisantes, sont réputées pour la qualité des produits. Depuis quelques années, le restaurant Halles Auberge est même devenu un lieu incontournable pour déjeuner copieusement. Bref, une tranche de vie de Nîmes l’indomptable, son cœur battant du centre-ville.
• Du lundi au samedi de 7 h à 13 h, de 7 h à 13 h 30 le dimanche. Les halles, rue du Général-Perrier à Nîmes. www.leshallesdenimes.com

Et aussi à Carcassonne, Montpellier, Alès...

A Carcassonne, dans un bâtiment dont une partie date du XVIIIe siècle, une vingtaine de commerçants proposent leur production en semaine, rejoints le samedi par des producteurs bio autour du bâtiment. A Béziers, une trentaine de commerces de bouche subsistent dans ces halles où règne une ambiance nostalgique mais   sympathique le dimanche matin. De même à Agde, la dizaine de commerçants se démène pour attirer les consommateurs et préserver l’ambiance de ce lieu où on peut acheter sa viande ou son fromage mais aussi déguster des huîtres. A Frontignan, une douzaine de commerçants font eux aussi vivre toute l’année les halles de la ville, dans une ambiance de bord de mer. A Montpellier, les halles Castellane proposent de superbes étals en plein cœur de ville, avec 26 commerçants. Non loin, les halles Laissac continuent d’affirmer leur identité populaire, à l’instar des halles colorées des Quatre-Saisons et de sa quarantaine de commerçants de La Paillade. Quant aux halles Jacques-Cœur à Antigone, elles jouent la carte de la complémentarité avec de nombreux commerces spécialisés. A Alès, halles peu esthétiques mais bien vivantes, avec une place de choix aux produits cévenols parmi les 80 étaliers de la place.