Cirque de Navacelles

Dans les méandres de la Vis

La Vis a creusé dans le calcaire des causses un canyon merveilleux. Trois millions d’années plus tard, l’eau ruisselle toujours sur le cirque de Navacelles.

Surplombant le petit village de Navacelles (Hérault) et proche de Saint Maurice de Navacelles, le cirque de Navacelles, véritable pyramide naturelle enclavée dans une boucle de la Vis, est unique en Europe. Depuis la corbeille de calcaire sur le causse de Blandas (Gard), le regard plonge dans le canyon de la Vis, un méandre asséché depuis 6 000 ans, qui accueille aujourd’hui une étonnante oasis de verdure. En face, le plateau du Larzac. En bas dans l’amphithéâtre, Navacelles et sa rivière qui tombe en cascades, très claire, très froide.

Le village en amphithéâtre, accroché aux rochers face aux gradins dessinés par les barres calcaires, fait son show chaque année devant des centaines de milliers de touristes. Ils viennent admirer le travail de Dame Nature et la force de l’érosion, qu’il faut compter ici en années géologiques. La rivière locale, la Vis, a mis 2 à 3 millions d’années pour se frayer un chemin dans le calcaire, entre les deux causses ! Il en résulte aujourd’hui ce canyon unique creusé sur 27 km de long et 800 mètres de large d’un rebord à l’autre du plateau.

Ici, la nature ne se “livre” pas facilement

Depuis, la rivière a quitté son lit, quand au Quaternaire le soulèvement du Massif Central et de la région des causses a entraîné un changement dans la direction des cours des rivières. La Vis s’enfonce sous terre après Alzon et rejaillit de façon spectaculaire quelques kilomètres plus loin, en amont du cirque de Navacelles : c’est la résurgence karstique de la Foux que l’on peut rejoindre par le causse de Blandas, après deux heures de randonnée. Car ici, la nature ne se “livre” pas facilement. Dans la gorge, très encaissée, qu’emprunte aujourd’hui la rivière, la descente est souvent piégeuse. Il faut emprunter des chemins de chèvre ou d’escalade pour rejoindre l’eau d’un bleu turquoise qui bondit en bas entre les marmites. Arrivée à bon port, une eau froide et limpide (même l’été), des petites marmites gargouillantes, sont le paradis des baigneurs aventureux.

À découvrir dans les méandres de la gorge, le petit village de Gorniès, puis plus bas la cascade sur la Vis à l’embouchure de Saint-Laurent-le-Minier (beaucoup plus facile d’accès). En bas, à l’entrée de Ganges, la puissance du débit de la rivière alimentait autrefois les manufactures de Cazilhac, restaurées et aujourd’hui habitées. L’été, le touriste a le choix : d’un côté l’Hérault charriant ses eaux vertes et qui va son train de sénateur du côté de Laroque, de l’autre la Vis, incarnant la fraîcheur et l’impétuosité des rivières de montagne. Dans les deux cas, il n’y a qu’à se jeter à l’eau !

Site en démarche vers le Label Grand Site de France

Office de tourisme Lodévois et Larzac Tél : 33 (0)4 67 88 86 44 Site Web
Office de tourisme - Le Vigan Tél : 33 (0)4 67 81 01 72 Site Web

Séjours