Perpignan

Capitale de la Catalogne française

Le cœur de Perpignan bat au rythme catalan. La dernière grande ville avant la frontière espagnole est aujourd'hui une passerelle privilégiée entre Barcelone et la France.

Les atouts de cette ville au pied des Pyrénées et à quelques kilomètres de la mer : un brassage des cultures et des populations qui ont fait sa richesse, sa façade méditerranéenne et la beauté des monts pyrénéens qui l’entourent. Longtemps acquise à la cause des Espagnols, c’est bel et bien sous le royaume de Majorque que Perpignan vit son âge d’or. Elle est alors capitale continentale du royaume. Ses principaux monuments en témoignent : l’ère des rois de Majorque, s’étendant de 1276 à 1344, laisse derrière elle une architecture de style gothique, un Palais, une cathédrale...

Des monuments-symboles de la ville

Le Palais des rois de Majorque est l’un des monuments-symboles de la ville. C’est le roi Jacques II de Majorque qui commande cette construction, achevée en 1309, après sa mort. A la fois palais et forteresse, la bâtisse sert aussi bien de siège du pouvoir politique, que de résidence royale et de chapelle. De style gothique, le Palais dispose également, dans son enceinte, d’un jardin verdoyant. D’ici, le visiteur surplombe toute la plaine du Roussillon. Le royaume de Majorque signe également la naissance d’un autre monument important pour le patrimoine local : la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, sise rue de l’Horloge. Les travaux commencent donc sous le règne de ses rois en 1324. Sa base est de type gothique, et ses premiers plans visaient la construction de trois nefs. En 1344, la guerre fratricide face aux rois d’Aragon et l’épidémie de peste qui va ravager le pays freinent considérablement l’avancée des travaux. Au fil des ans, ses plans sont modifiés. Elle n’aura finalement qu’une seule et grande nef, flanquée de chapelles et d’un cloître funéraire, le Campo Santo, unique en France. La première messe y est célébrée en 1509. L’hôtel de ville, bâti au début du XIVe siècle avec sa façade en cailloux roulés, est lui aussi typique de l’architecture roussillonnaise.
L’autre emblème de la ville, c’est le Castillet. Celui-ci est conçu en 1368, sous l’autorité des rois d’Aragon. Au début du XXe siècle, les fortifications qui entouraient la ville furent démolies pour désenclaver le centre, mais le Castillet fut épargné in extremis. Aujourd’hui, il abrite le Musée des arts et traditions populaires du Roussillon ainsi que l’emblématique flamme de la Saint-Jean qui est régénérée chaque année.

Une douceur de vivre hospitalière

Cité méridionale, Perpignan avec ses ruelles sinueuses au charme médiéval et ses palmiers sur les places, propose une douceur de vivre hospitalière. Ici, on est fier de la ville et de son équipe de rugby : l’Usap ! Mais un nouvel emblème est en train de naître : le flambant neuf Théâtre de l’Archipel, vaste ensemble de plusieurs salles conçu par le célèbre architecte Jean Nouvel. Ce nouveau symbole est à l’image d’une ville dont le dynamisme se traduit également par une intense vie culturelle, sous la bannière de laquelle on trouve la fameuse procession de la San Jordi en avril, le festival “Perpignan sur scène” en juillet, et bien sûr “Visa pour l’image” en septembre, festival de photojournalisme réputé. Autant d’atouts pour asseoir la renommée internationale de la ville, qui est désormais reliée directement en TGV à Barcelone.

Office de Tourisme de Perpignan
Palais des Congrès - Place Armand Lanoux - 66002 Perpignan Cedex
Tél : + 33 (0)4 68 66 30 30

Séjours