Minerve, beauté fatale

Ce site médiéval incontournable, à 33 km de Narbonne, s’élève à deux pas des Corbières et du Parc Régional du Haut Languedoc.

Accrochée aux contreforts cévenols de la Montagne Noire, la cité de Minerve se croyait imprenable. « Aucun château, hormis Termes et Cabaret, n’était plus fort que Minerve », avait écrit un chroniqueur au moment du drame. Les Parfaits – nom donné aux Cathares – y seront pourtant pris au piège par Simon de Montfort en 1210. C’est après sept semaines de siège que Guillaume, le seigneur de Minerve, capitula face à la soif et à la maladie. Dans ce décor sauvage, les Parfaits refuseront d’abjurer leur foi, attirant sur eux les foudres du bûcher, le premier bûcher collectif de la bataille contre les Albigeois. Histoire et situation font de la cité, aussi belle que fatale, un temps fort de la croisade.

Minerve exhibe encore voûtes accortes et ponts naturels taillés dans le calcaire ; un décor aussi grandiose que son passé funeste. La cité généreuse a donné son nom au Minervois, terre de vignerons. Au fil des ruelles du village, le promeneur va à la rencontre de ce lieu de mémoire, où subsiste enceinte, portes fortifiées, poternes, ruelles pavées de galets de rivière, tours et vestiges du château. L’église Saint-Étienne au dépouillement roman épuré, la maison des Templiers, le monument aux martyrs et sa colombe de lumière taillée dans le roc par l’artiste minervois Jean-Luc Séverac, appellent le promeneur.

www.minerve-tourisme.fr